Pour les 0-5 ans et leurs parents

Par Nathalie Préfontaine

Une activité partagée dans le plaisir

Les bienfaits du yoga sur les enfants ne sont plus à démontrer. Que l’on parle du yoga, de  la méditation pleine conscience ou de relaxation, les domaines de l’éducation et de la santé s’entendent pour dire que pratiquées régulièrement, ces techniques n’apportent que du positif à l’enfant.

Ces disciplines sont en effet sorties des studios de yoga et on les retrouve maintenant dans les classes, chez le médecin ou à la bibliothèque.

Les enfants apprennent que « le calme intérieur est toujours là, en eux, qu’ils les accompagnera dans les changements, les défis et bouleversements qu’ils vivent en grandissant » (YogaKids de Marsha Wening, Septembre Éditeur, 2007).

Le yoga n’est pas réservé qu’aux familles yogis: comme parents néophytes, l’activité parent-enfant peut s’avérer une avenue intéressante pour créer des liens indéfectibles avec son enfant. En effet, le parent et l’enfant se retrouvent sur le même pied d’égalité, ils font ensemble les postures et l’un vient aider l’autre. L’enfant peut alors percevoir son parent comme un individu à part entière pendant un certain laps de temps. Le parent n’est plus pour lui la figure d’autorité quotidienne. Et de surcroit, le parent peut vivre certaines limitations dans le mouvement !

 

Quoi de plus évocateur pour l’enfant de se rendre compte que son (ou ses) parent n’est pas parfait. Voilà ici un début d’empathie ou à tout le moins une occasion pour l’enfant de percevoir son parent autrement. Un parent et un enfant imparfaits qui partagent des moments, des postures et… des limitations !

Le contraire est aussi vrai: quand on a du plaisir à effectuer une posture à deux (même « imparfaite »), c’est un petit bonheur partagé à chaque fois.

« Mon enfant ne semble pas apprécier le yoga, est-ce qu’on devrait continuer? »

Les réactions des enfants sont effet très diversifiées. À moins d’un an d’âge, c’est une activité « sociale » avec bébé, c’est-à-dire que l’enfant et le parent sortent de la maison pour voir d’autres enfants et parents, effectuer des petits mouvements ou massages, chanter et découvrir des histoires.

Quand l’enfant commence à marcher, il sera plus intéressé à « trottiner » autour du groupe plutôt que de participer activement à l’activité. Il n’enregistre pas moins les histoires, les postures et les chansons ! Souvent, si l’enfant parle, rétrospectivement, il reviendra sur des parties de l’activité qui l’auront intéressé. Il a donc participé à sa manière !

De 3 à 5 ans, il peut adhérer tout de suite au concept, il peut prendre un certain temps avant de se sentir à l’aise ou l’activité n’est pas faite pour lui. La personnalité de l’enfant y est pour beaucoup dépendant de ses penchants plutôt moteurs ou intellectuels. Et il y a aussi le fait de suivre des consignes…Quand on est un trottineur, on veut se promener !

Une chose est certaine, l’enfant aime bouger ! Qu’il le fasse avec plus ou moins d’intensité, l’activité physique fait partie de son développement général. Et le lien est intimement lié avec ses apprentissages. En effet, le mouvement s’avère une excellente technique pour assimiler les connaissances. Si l’ours aime se rouler dans la neige, quoi de mieux que de l’imiter sur le dos, genoux pliés, en se balançant de droite à gauche ?

Le concept des Yogistoires inclut aussi la présence des livres dans les activités. L’éveil à la lecture et le contact avec les illustrations donnent un support et une inspiration au mouvement et vice-versa. Le livre devient alors un objet qui s’inscrit dans le concret par le mouvement: on fait comme l’ours,  comme le chien ou comme la petite fille qui relaxe. Quand on sait que l’enfant aime agir  par imitation, l’exercice devient pour lui une source de satisfaction et de valorisation.

Moteur ou intellectuel ? Les enfants sont les deux à des degrés divers et à des étapes différentes de leur développement. Les Yogistoires combinent les histoires au mouvement, le ludique à l’éducatif et le moteur à l’intellectuel.

Et n’oublions pas notre parent qui peut retrouver son coeur d’enfant, facilement, comme en un rien de temps ! 🙂

 

Laisser un commentaire