• Enfant 0-5 ans
  • Comment impliquer bébé pendant les chansons ou postures ?

     

    Résultats de recherche d'images pour « happy baby fiona watt »

    En furetant dans une bibliothèque, je suis tombée sur le livre « Happy Baby » de Fiona Watt. Elle est diplômée de l’Université d’Exeter avec un BA en éducation, spécialisée en psychologie et en art et design. Elle a travaillé comme chercheuse et conceptrice pour une entreprise qui publiait du matériel pédagogique destinés aux lieux visités par les enfants (zoos, musées). Elle a travaillé de nombreuses années comme enseignante au primaire et elle a publié des dizaine de livres pour enfants et bébés.

    Son livre « Happy Baby » contient deux pages qui ont attiré particulièrement mon attention. Je les ai numérisé ici pour vous (avec son approbation). Elles sont en anglais, c’est pourquoi je vous traduis librement leur contenu puisque le livre n’a pas été traduit en français. Ces pages nous donnent des indices sur comment impliquer bébé au son de la musique et peuvent être appliquées aux postures communes de yoga avec bébé, l’une des activités préférées des Yogistoires ! Ces mouvements peuvent vous inspirer lors des activités ludiques avec bébé.

    0 à 3 mois: On tient bébé dans nos bras en soutenant sa tête avec une main et on se balance au rythme de la musique.

    3 à 6 mois: Assoyez-vous par terre en soulevant les genoux et placez bébé sur vos cuisses en tenant ses pieds. Soulevez vos chevilles de bas en haut et soulevez un peu ses jambes au rythme de la musique.

    6 à 9 mois: Bébé devrait pouvoir bien tenir sa tête, placez-le sur votre hanche et entourez-lui la taille avec votre bras.

    9-12 mois: Placez bébé debout sur vos genoux et tenez-le en dessous des bras ou par les mains. Laissez bébé danser au rythme de la musique et éventuellement vous sentirez que vous pouvez lui lâcher les mains pour une courte période de temps.

    12-15 mois: Bébé se tient debout ? Prenez-lui les mains et tournez pour faire une ronde (comme avec Les Yogistoires !) Laissez-le aller par lui-même au rythme de la musique et en le guidant, balancez d’un côté et de l’autre.

    15-18 mois: Vous avez maintenant un partenaire de danse ! Montrez lui à transférer son poids d’un côté et de l’autre et quelques petits pas de danse.

    18-24 mois: Votre trottineur saute d’un pied et même de deux ! Laissez-le improviser sa danse et ses mouvements !

    Happy Baby de Fiona Watt aux éditions Usborne, 2007 (livre-disque disponible à la Bibliothèque du Boisé, réseau de Montréal)

     

  • Enfant 0-5 ans
  • Le moment présent à deux

    Voici une référence d’un article qui a attiré notre attention. Ne cherchez pas de midi à quatorze heures comment vivre le moment présent, laissez-le se manifester à vous. Comme parent, vous êtes le super-héros de votre enfant, c’est une grande responsabilité. Mais vous savez que ce sont dans les petites choses de la vie que le bonheur se trouve et d’être simplement avec votre enfant va le lui apprendre.

    Prenez le temps d’être avec lui, sans but. 🙂 Bonne lecture !

    La balade

  • Enfant 0-5 ans
  • Du temps de qualité avec votre enfant

    Les Yogistoires partagent la philosophie du temps de qualité passé avec son enfant. Il s’agit de maximiser le temps que nous passons avec lui en échangeant avec lui le plus possible et ce, même avant un an. Votre enfant est une petite personne en devenir, il comprend (et il ressent) beaucoup plus que nous soupçonnons.

    « The time you spend reading to your young child is the best predicator of later reading success. Learning to read is as natural as learning to walk and talk when the rythm and melody of language become a part of a child’s life. Talk, read, sing, pretend, and play with your child every day. »

    Kerry Froelich, Programm Director
    Early Childhood Family Education (ECFE)

    Traduction libre:

    « Le temps que vous passez à lire avec votre enfant est la meilleure prévision de son succès futur en lecture. Apprendre à lire est aussi naturel que marcher et parler, le rythme et la mélodie du langage deviennent une partie intégrante de la vie de l’enfant. Parlez, lisez, chantez, faites semblant et jouez avec votre enfant tous les jours. »

    Le temps consacré à la lecture ne se concrétise pas seulement par des livres lus avec lui mais aussi par des circulaires de publicité qui comportent des images d’aliments, des chansons à la radio ou des panneaux de signalisation. Faire semblant est un des jeux préférés de l’enfant à partir de 3 ans au moins, profitez-en pour laisser aller votre imagination, à deux !

    Du coup,  permettez-vous de redevenir enfant quand vous jouez avec lui !

  • Enfant 0-5 ans
  • Pour les 0-5 ans et leurs parents

    Par Nathalie Préfontaine

    Une activité partagée dans le plaisir

    Les bienfaits du yoga sur les enfants ne sont plus à démontrer. Que l’on parle du yoga, de  la méditation pleine conscience ou de relaxation, les domaines de l’éducation et de la santé s’entendent pour dire que pratiquées régulièrement, ces techniques n’apportent que du positif à l’enfant.

    Ces disciplines sont en effet sorties des studios de yoga et on les retrouve maintenant dans les classes, chez le médecin ou à la bibliothèque.

    Les enfants apprennent que « le calme intérieur est toujours là, en eux, qu’ils les accompagnera dans les changements, les défis et bouleversements qu’ils vivent en grandissant » (YogaKids de Marsha Wening, Septembre Éditeur, 2007).

    Le yoga n’est pas réservé qu’aux familles yogis: comme parents néophytes, l’activité parent-enfant peut s’avérer une avenue intéressante pour créer des liens indéfectibles avec son enfant. En effet, le parent et l’enfant se retrouvent sur le même pied d’égalité, ils font ensemble les postures et l’un vient aider l’autre. L’enfant peut alors percevoir son parent comme un individu à part entière pendant un certain laps de temps. Le parent n’est plus pour lui la figure d’autorité quotidienne. Et de surcroit, le parent peut vivre certaines limitations dans le mouvement !

     

    Quoi de plus évocateur pour l’enfant de se rendre compte que son (ou ses) parent n’est pas parfait. Voilà ici un début d’empathie ou à tout le moins une occasion pour l’enfant de percevoir son parent autrement. Un parent et un enfant imparfaits qui partagent des moments, des postures et… des limitations !

    Le contraire est aussi vrai: quand on a du plaisir à effectuer une posture à deux (même « imparfaite »), c’est un petit bonheur partagé à chaque fois.

    « Mon enfant ne semble pas apprécier le yoga, est-ce qu’on devrait continuer? »

    Les réactions des enfants sont effet très diversifiées. À moins d’un an d’âge, c’est une activité « sociale » avec bébé, c’est-à-dire que l’enfant et le parent sortent de la maison pour voir d’autres enfants et parents, effectuer des petits mouvements ou massages, chanter et découvrir des histoires.

    Quand l’enfant commence à marcher, il sera plus intéressé à « trottiner » autour du groupe plutôt que de participer activement à l’activité. Il n’enregistre pas moins les histoires, les postures et les chansons ! Souvent, si l’enfant parle, rétrospectivement, il reviendra sur des parties de l’activité qui l’auront intéressé. Il a donc participé à sa manière !

    De 3 à 5 ans, il peut adhérer tout de suite au concept, il peut prendre un certain temps avant de se sentir à l’aise ou l’activité n’est pas faite pour lui. La personnalité de l’enfant y est pour beaucoup dépendant de ses penchants plutôt moteurs ou intellectuels. Et il y a aussi le fait de suivre des consignes…Quand on est un trottineur, on veut se promener !

    Une chose est certaine, l’enfant aime bouger ! Qu’il le fasse avec plus ou moins d’intensité, l’activité physique fait partie de son développement général. Et le lien est intimement lié avec ses apprentissages. En effet, le mouvement s’avère une excellente technique pour assimiler les connaissances. Si l’ours aime se rouler dans la neige, quoi de mieux que de l’imiter sur le dos, genoux pliés, en se balançant de droite à gauche ?

    Le concept des Yogistoires inclut aussi la présence des livres dans les activités. L’éveil à la lecture et le contact avec les illustrations donnent un support et une inspiration au mouvement et vice-versa. Le livre devient alors un objet qui s’inscrit dans le concret par le mouvement: on fait comme l’ours,  comme le chien ou comme la petite fille qui relaxe. Quand on sait que l’enfant aime agir  par imitation, l’exercice devient pour lui une source de satisfaction et de valorisation.

    Moteur ou intellectuel ? Les enfants sont les deux à des degrés divers et à des étapes différentes de leur développement. Les Yogistoires combinent les histoires au mouvement, le ludique à l’éducatif et le moteur à l’intellectuel.

    Et n’oublions pas notre parent qui peut retrouver son coeur d’enfant, facilement, comme en un rien de temps ! 🙂